Agro650

Partageons l'atlantique et les fibres végétales

La pétole, les yeux rougis

Poster un commentaire

Le 791, Anthony et moi sommes arrivés à Plymouth après une course intense. Le vent,  D’abord aux abonnés absents, a ensuite pointé le bout de son nez, nous permettant de rattraper nos camarades.

459465_554912654547585_1859908235_o

Au ponton à Plymouth

La pétole en langage marin, ça veut dire « pas de vent », c’est bien la caractéristique principale de ces deux premières journées de course. Un peu de vent, ça va : on se concentre, on règle au mieux le bateau pour exploiter chaque bouffée d’air, qui permet de gagner de précieux mètres. Et la nuit arrive, le vent diminue de plus en plus, on entrevoit l’opportunité de dormir… Pas du tout, les premiers seront certainement les premiers a toucher du vent, alors on s’accroche, les yeux rougis et les nerfs à vif… De 2h à 4h du matin c’est particulièrement dur ! En fait on a souvent l’impression que ça ne s’arrêtera jamais, comme une douleur lancinante ! Et puis le soleil se lève, légèrement caché par quelques nuages et flouté par un peu de brume, moment magique qui apaise un peu notre peine.

Les autres bateaux nous semblent bien loin, sans info ni personne en vue nous avons l’impression d’être bons derniers. La suite nous montra qu’il n’en était rien.

Le vent revient et nous pousse gentiment vers le Raz de Sein, à la pointe de la Bretagne, un passage fort en courant, magnifique au demeurant !

Malgré le contre-courant du Raz, nous réussissons à passer, rattrapant un bateau au passage ! Soulagement, nous sommes moins seuls…

Puis deux nouveaux bateaux apparaissent à l’horizon, et à la tombée de la nuit, pleins de petites lumières apparaissent devant nous… Le reste de la flotte est là, à portée d’œil ! Notre moral remonte en flèche et nous nous concentrons au maximum pour traverser la manche le plus rapidement possible.

A l’arrivée, un homme vient nous chercher en zodiac à la sortie du port, je lui demande combien il y a de bateaux dans le port. Quand il me répond « 5 » je n’en reviens pas… Je dis même à Anthony qu’il a mal du comprendre ma question…

La prochaine course sera beaucoup plus ventée et probablement la plus difficile que j’ai faite jusque là : le Uk fasnet. Nous allons depuis Plymouth en Angleterre monter jusqu’au Fastnet, un phare au sud-est de l’Irlande pour ensuite longer les côtes irlandaises jusqu’à la bouée de Coningbeg et redescendre à Plymouth. La météo prévoit jusqu’à 25nds (près de 50km/h de vent) mais nous savons qu’il peut y avoir bien plus et en tout cas, une mer mauvaise nous attend.

Parcours uk fasnetLe parcours, du sud de l’angleterre vers le sud est de l’Irlande

Je pars avec Phillippa, qui a fait le tour du monde en bateau de 40 pieds, elle est Sud Africaine et n’a pas froid aux yeux ! Un bon choix pour la course qui s’annonce !

Pour nous suivre ce sera ici :

http://yb.tl/minifastnet2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s