Agro650

Partageons l'atlantique et les fibres végétales

Qualifémotions

Poster un commentaire

Il en faudrait des pages pour raconter ces 7 jours de mer… Mais je vais me concentrer pour ne pas vous lasser sur quelques moments forts. Depuis Douarnenez, je suis partie virer la bouée de Coningbeg en Irlande puis je suis redescendue vers l’Ile de Ré en contournant le plateau de Rochebonne, avant de retourner à mon point de départ.

L’arrivée en Irlande fut magique, d’une part car c’est le point le plus nord du parcours, et redescendre vers le sud c’est toujours agréable ! Et d’autre part car le soleil se levait sur les collines, révélant une légère brume et des couleurs pastels superbes. Mes photos ne sont pas à la hauteur de ces images malheureusement. A ce moment-là, faire tant de chemin pour juste contourner une bouée sans s’arrêter semble assez stupide !!

irlandeLever de soleil sur l’Irlande

Ce n’est pas la destination mais la route qui compte… Je ne sais plus de qui est cette citation, mais elle prend bien tout son sens. Je continue donc ma route et cerise sur le gâteau, mes compagnons de voyage préférés, les dauphins, seront avec moi pendant toute la mer d’Irlande ! Incroyable, ils reviendront 6 ou 7 fois sauter autour du bateau, avec un bel enthousiasme !

La Manche et ses cargos constituent toujours un passage préoccupant, mais je commence a en avoir l’habitude, un peu de privation de sommeil supplémentaire et ça se passe sans encombre. Le Golfe de Gascogne se montre d’humeur lunatique : de pas de vent du tout (ce qui a un aspect frustrant tout de même) à de gros orages avec pluies diluviennes et éclairs bien inquiétants…. Qu’est-ce que ça donne un bateau en lin et carbone comme paratonnerre ?

Rude épreuve pour mes nerfs, je parviens tout de même à atteindre Rochebonne, 4 petites bouées au milieu de pas grand chose. Et j’arrive, dernier point de passage à l’Ile de Ré, le soir tombe, et de gros nuages sont amoncelés sur le pertuis d’Antioche, je sais qu’il y a du trafic et que la nuit va être très longue… Effectivement, je ne pourrais pas dormir cette nuit là et après les longues journées de navigation qui ont précédé, cette privation de sommeil est celle de trop. Mon cerveau, fatigué, commence à voir des choses… Il paraît que le manque de sommeil est une drogue très efficace, je peux confirmer. Heureusement pas de bad trip, j’ai juste l’impression que ma sœur est là avec moi pour m’aider dans ma navigation. Je vois également des visages et des oiseaux qui prennent forme et s’envolent sur le bateau. Etranges sensations, je suis à la fois consciente que ce n’est pas vrai et pourtant cela semble bien réel !

DCIM100GOPROLe pont de l’Ile de Ré!

Le soleil se lève sur le pont de l’Ile de Ré, il ne me reste plus qu’à rentrer à Douarnenez pour enfin retrouver le confort terrien ! Ma qualif est terminée, je ne suis pas peu fière !

Dans Corto Maltese en Sibérie, Raspoutine veut offrir une émotion à Corto car il trouve que nous n’en vivons pas beaucoup. Lors de ces 1 000 miles, je peux vous dire qu’il y en a eues ! Beaucoup d’apprentissage également, et désormais je me sens un peu plus confiante dans nos capacités au bateau et moi, et faire la transat me paraît plus accessible !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s