Agro650

Partageons l'atlantique et les fibres végétales


2 Commentaires >

Fait !
Une transat en solitaire, un nombre de milles assez conséquent, du vent fort, du vent absent, des rires, des larmes. Au final un mille après l’autre je suis arrivée en Guadeloupe.

1
Pourquoi un tel défi ? Un jour, une amie m’a dit: « ton rêve, c’est mon pire cauchemar. » Parfois mon rêve pendant cette traversée a été mon pire cauchemar ! Des moments de peur et de souffrance, tous intacts dans ma mémoire.
Pourquoi fait-on cela ? Cette question je me la suis posée tous les jours. Il n’y a pas, je crois, de réponse absolue, mais des pistes: pour l’amour de vivre, le besoin de vivre intensément, des expériences fortes. Notre petite vie sur cette petite planète ne tient qu’à un fil et j’essaie de marcher sur ce fil de manière entière, fidèle à ce que je crois. Mes héros d’aujourd’hui et d’hier sont les marins du Vendée Globe, d’Isabelle Autissier à Titouan Lamazou. D’avoir fait cette traversée, je me rapproche un peu d’eux. C’est ma fierté, un sens de plus à ma vie. J’ai toutefois pu me rendre compte que le quotidien des héros est également fait de souffrances et de dilemmes. La tentation bien forte de s’arrêter en passant près des ports, mais heureusement, vite oubliée. Une petite voix intérieure me soufflait: « après ce qu’on t’a donné, l’énergie, l’argent, l’amour des gens qui te suivent? Non impossible, tu dois y arriver. » Et je continuais, et me surprenais des ressources que j’avais en moi !

5
Et puis des moments de bonheur intense, un joli ciel de cumulus et le soleil qui se couche, des dauphins qui jouent avec l’étrave, le bateau qui avance tranquillement, avalant sereinement les miles. L’impression d’être un petit grain de poussière sur une immense planète bleue…. Sensation d’absolu et d’essentiel…Et enfin l’arrivée, catalyseur de toutes les émotions, les gens qui m’attendent au ponton et me félicitent, la reconnaissance et l’amour de mes pairs, sûrement un peu aussi ce que j’ai recherché par cette aventure !
Aujourd’hui, je remets les pieds sur terre, un doigt de pied après l’autre, il va falloir digérer et traduire l’expérience et se projeter dans la suivante !

3
Et puis, surtout, surtout un grand MERCI! A tout ceux qui m’ont accompagnée et soutenue, chacun à son niveau tant financièrement qu’amicalement,  logistiquement,  moralement … Et j’en passe.

Je vais distiller au cours des semaines et mois qui viennent des petits récits et anecdotes, témoignages de cette transat. C’est surement la meilleure manière pour moi de partager ce vécu.

A bientôt!

Publicités


2 Commentaires

Bienvenue en Gwada !

Depuis quelques jours, Annabelle a débarqué à Pointe-à-Pitre, après une très belle course, et une arrivée bien fêtée !

L’horaire était presque rêvé : Agro650 a passé la ligne à minuit et demi, puis est arrivé au ponton à 1h du matin, samedi soir, au milieu de la fête. Tous les skippers déjà arrivés étaient là, tout le monde était heureux de l’accueillir, et de fêter sa place, puisqu’elle a réussi à être 9e, dans le Top 10, seule femme en prototype à terminer la course ! Un peu intimidée par tout ce monde au début, Annabelle a mis quelques secondes à descendre du bateau : « ça fait un mois que je suis dessus, j’ai du mal à le quitter » explique-t-elle… Une fois sur le ponton, elle reçoit de nombreuses félicitations et embrassades, avant de se faire jeter à l’eau par d’autres skippers : c’est la tradition, tout le monde y passe ! Un moment précieux, immortalisé en vidéo !

Une chose est sûre, notre abeille a marqué les esprits. Elle a fait une belle performance, en s’étant à peine entraîné, sur une Mini Transat pour le moins hors normes ! Cette année, arriver est déjà une victoire, alors atteindre la 9e place en est une d’autant plus belle ! Et Annabelle force l’admiration. « J’ai du mal à imaginer un si petit bout de femme sur ce bateau, au milieu de l’Atlantique », m’a-t-on dit. Comme quoi, l’habit est loin de faire le moine !

Depuis, c’est repos, un peu de balades, accueil des autres skippers, et préparation du bateau pour le cargo… On ne chôme pas !

DSCN1413

Contente d’être arrivée !!


Poster un commentaire

Baptême du bateau!

Baptême du voilier Agro650 !

Le 16 juillet à midi dans le port de Vannes !

Le mini 791 a jeté ses amarres pour quelques jours dans le port de Vannes, l’occasion pour lui d’être baptisé.

La ville de Vannes sera marraine du bateau ainsi qu’une petite abeille du nom de Nikita. On vous le rappelle l’abeille est également la mascotte du projet.

A cette occasion la quasi intégralité du team Agro650 sera présent ! Venez nous rencontrer nombreux, visiter le bateau, et boire un petit coup de cidre (breton bien sur)! 🙂

flyer


2 Commentaires

Découvrez le bateau #2

Après la coque, la quille ! Il n’est pas question de bowling ou de jonglage, mais bien de bateau. La quille, c’est le bulbe sous la coque, un lest en plomb, qui va éviter que le bateau se retourne sous la force du vent.

DSCF3713

La coque, avec la quille mise en place en dessous © Thibaut Reinhardt

D’une manière très globale, sur les bateaux de croisière, dont le but n’est forcément d’aller le plus vite possible, la quille est fixe, elle ne fait qu’un avec le reste de la coque. Seulement, le bateau d’Annabelle ne se contente pas d’avancer, il doit avancer vite ! Comme c’est un prototype, donc un modèle unique, il peut intégrer des technologies que tous les bateaux n’ont pas. Cette fois-ci, ce sera une quille pendulaire : elle pivote, d’un côté ou de l’autre du bateau, au niveau de la liaison avec la coque, grâce à un système de cordages (un palan, pour les initiés).

IMG_1557

Mise en place de la quille sous la coque © Thibaut Reinhardt

Cette quille permet non seulement d’éviter que le bateau se retourne, mais aussi de le remettre à plat quand il penche (ou gîte), et du coup, de gagner en vitesse. Explication en images :

QuilleL’étanchéité est assurée à l’intérieur par une boite qui remonte au dessus du niveau de la flottaison, puis une « jupe » en bâche pour laisser libre le bras de levier.

20130622_110932Vu du bras de levier de quille depuis l’intérieur, avec les poulies de renvoi des palans.

Et si on soulève la jupe 😉 … On voit l’eau et l’axe de la quille

20130622_111050Sous la jupe, l’axe de quille en dessous du niveau de l’eau.


Poster un commentaire

Qualifémotions

Il en faudrait des pages pour raconter ces 7 jours de mer… Mais je vais me concentrer pour ne pas vous lasser sur quelques moments forts. Depuis Douarnenez, je suis partie virer la bouée de Coningbeg en Irlande puis je suis redescendue vers l’Ile de Ré en contournant le plateau de Rochebonne, avant de retourner à mon point de départ.

L’arrivée en Irlande fut magique, d’une part car c’est le point le plus nord du parcours, et redescendre vers le sud c’est toujours agréable ! Et d’autre part car le soleil se levait sur les collines, révélant une légère brume et des couleurs pastels superbes. Mes photos ne sont pas à la hauteur de ces images malheureusement. A ce moment-là, faire tant de chemin pour juste contourner une bouée sans s’arrêter semble assez stupide !!

irlandeLever de soleil sur l’Irlande

Ce n’est pas la destination mais la route qui compte… Je ne sais plus de qui est cette citation, mais elle prend bien tout son sens. Je continue donc ma route et cerise sur le gâteau, mes compagnons de voyage préférés, les dauphins, seront avec moi pendant toute la mer d’Irlande ! Incroyable, ils reviendront 6 ou 7 fois sauter autour du bateau, avec un bel enthousiasme !

La Manche et ses cargos constituent toujours un passage préoccupant, mais je commence a en avoir l’habitude, un peu de privation de sommeil supplémentaire et ça se passe sans encombre. Le Golfe de Gascogne se montre d’humeur lunatique : de pas de vent du tout (ce qui a un aspect frustrant tout de même) à de gros orages avec pluies diluviennes et éclairs bien inquiétants…. Qu’est-ce que ça donne un bateau en lin et carbone comme paratonnerre ?

Rude épreuve pour mes nerfs, je parviens tout de même à atteindre Rochebonne, 4 petites bouées au milieu de pas grand chose. Et j’arrive, dernier point de passage à l’Ile de Ré, le soir tombe, et de gros nuages sont amoncelés sur le pertuis d’Antioche, je sais qu’il y a du trafic et que la nuit va être très longue… Effectivement, je ne pourrais pas dormir cette nuit là et après les longues journées de navigation qui ont précédé, cette privation de sommeil est celle de trop. Mon cerveau, fatigué, commence à voir des choses… Il paraît que le manque de sommeil est une drogue très efficace, je peux confirmer. Heureusement pas de bad trip, j’ai juste l’impression que ma sœur est là avec moi pour m’aider dans ma navigation. Je vois également des visages et des oiseaux qui prennent forme et s’envolent sur le bateau. Etranges sensations, je suis à la fois consciente que ce n’est pas vrai et pourtant cela semble bien réel !

DCIM100GOPROLe pont de l’Ile de Ré!

Le soleil se lève sur le pont de l’Ile de Ré, il ne me reste plus qu’à rentrer à Douarnenez pour enfin retrouver le confort terrien ! Ma qualif est terminée, je ne suis pas peu fière !

Dans Corto Maltese en Sibérie, Raspoutine veut offrir une émotion à Corto car il trouve que nous n’en vivons pas beaucoup. Lors de ces 1 000 miles, je peux vous dire qu’il y en a eues ! Beaucoup d’apprentissage également, et désormais je me sens un peu plus confiante dans nos capacités au bateau et moi, et faire la transat me paraît plus accessible !


Poster un commentaire

Péripéties anglaises

Le 791 et moi-même sommes restés en Angleterre pour participer à la UK Fasnet, en embarquant en renfort Phillippa, une navigatrice Sud-Africaine toujours enjouée. Malheureusement la météo n’était pas d’humeur et nous a réservé des vents à décorner un viking, nous obligeant à abandonner pour avarie.

Ce sont mes mains qui racontent le mieux ces navigations outre manche… Elles sont sèches, calleuses, presque tannées.

Elles ont tiré sec sur un paquet de cordages ! Entre autres on peut citer : les bouts du palan de quille et ceux qui retiennent les voiles de portant !

En effet, arrivé à 50 miles du phare de Coningbeg et à environ 1/3 du parcours, une des poulies du palan de quille a cassé. Je réussis à fixer la quille dans l’axe (pour éviter d’avoir 400 kg de plomb se baladant au bout d’une quille de 2m sous l’eau), et nous repartons. Le bateau est handicapé d’avoir une quille dans l’axe, en effet il est léger et avec de grandes surfaces de voiles, nous sommes donc obligées de réduire la voilure pour compenser la perte de puissance due à la quille dans l’axe. 2h plus tard le vent monte et mon système de fixation casse. Au même moment la météo nous annonce du vent de force 8 possiblement 9  (presque 90km/h!!) à venir… Beaucoup trop pour n’importe quel bateau… Nous prenons donc à contre-cœur la décision de rentrer à Plymouth.

ukfasnetLe mini ça mouille!

Cette course était difficile mais instructive, en effet j’ai pu voir comment réagissait le bateau dans une mer formée et dans du vent soutenu, c’était très intéressant d’affronter ça avec Phillippa. Le jour où j’y serai confrontée toute seule, je serai mieux préparée.

Revenue à Plymouth j’attends une fenêtre météo favorable et convoie seule le bateau jusqu’à Douarnenez. La météo bien capricieuse ne me laisse qu’une fenêtre acceptable avec des vents relativement forts. Le retour se déroule bien à part la casse du bout-dehors du bateau… Il s’agit d’un grand espar permettant de porter les voiles de portant…

Bien fatiguée par toutes ces émotions, je me suis accordé quelques jours de repos et aujourd’hui je suis prête à repartir pour la qualification hors course ! 1 000 miles depuis Douarnenez jusqu’en Irlande, retour par l’Ile de Ré jusqu’à Douarnenez ! Sacré programme, qui compte entre 7 et 10 jours de navigation.

qualifPetite balade Irlando-britanico-française


Poster un commentaire

La pétole, les yeux rougis

Le 791, Anthony et moi sommes arrivés à Plymouth après une course intense. Le vent,  D’abord aux abonnés absents, a ensuite pointé le bout de son nez, nous permettant de rattraper nos camarades.

459465_554912654547585_1859908235_o

Au ponton à Plymouth

La pétole en langage marin, ça veut dire « pas de vent », c’est bien la caractéristique principale de ces deux premières journées de course. Un peu de vent, ça va : on se concentre, on règle au mieux le bateau pour exploiter chaque bouffée d’air, qui permet de gagner de précieux mètres. Et la nuit arrive, le vent diminue de plus en plus, on entrevoit l’opportunité de dormir… Pas du tout, les premiers seront certainement les premiers a toucher du vent, alors on s’accroche, les yeux rougis et les nerfs à vif… De 2h à 4h du matin c’est particulièrement dur ! En fait on a souvent l’impression que ça ne s’arrêtera jamais, comme une douleur lancinante ! Et puis le soleil se lève, légèrement caché par quelques nuages et flouté par un peu de brume, moment magique qui apaise un peu notre peine.

Les autres bateaux nous semblent bien loin, sans info ni personne en vue nous avons l’impression d’être bons derniers. La suite nous montra qu’il n’en était rien.

Le vent revient et nous pousse gentiment vers le Raz de Sein, à la pointe de la Bretagne, un passage fort en courant, magnifique au demeurant !

Malgré le contre-courant du Raz, nous réussissons à passer, rattrapant un bateau au passage ! Soulagement, nous sommes moins seuls…

Puis deux nouveaux bateaux apparaissent à l’horizon, et à la tombée de la nuit, pleins de petites lumières apparaissent devant nous… Le reste de la flotte est là, à portée d’œil ! Notre moral remonte en flèche et nous nous concentrons au maximum pour traverser la manche le plus rapidement possible.

A l’arrivée, un homme vient nous chercher en zodiac à la sortie du port, je lui demande combien il y a de bateaux dans le port. Quand il me répond « 5 » je n’en reviens pas… Je dis même à Anthony qu’il a mal du comprendre ma question…

La prochaine course sera beaucoup plus ventée et probablement la plus difficile que j’ai faite jusque là : le Uk fasnet. Nous allons depuis Plymouth en Angleterre monter jusqu’au Fastnet, un phare au sud-est de l’Irlande pour ensuite longer les côtes irlandaises jusqu’à la bouée de Coningbeg et redescendre à Plymouth. La météo prévoit jusqu’à 25nds (près de 50km/h de vent) mais nous savons qu’il peut y avoir bien plus et en tout cas, une mer mauvaise nous attend.

Parcours uk fasnetLe parcours, du sud de l’angleterre vers le sud est de l’Irlande

Je pars avec Phillippa, qui a fait le tour du monde en bateau de 40 pieds, elle est Sud Africaine et n’a pas froid aux yeux ! Un bon choix pour la course qui s’annonce !

Pour nous suivre ce sera ici :

http://yb.tl/minifastnet2013