Agro650

Partageons l'atlantique et les fibres végétales


Poster un commentaire

Péripéties anglaises

Le 791 et moi-même sommes restés en Angleterre pour participer à la UK Fasnet, en embarquant en renfort Phillippa, une navigatrice Sud-Africaine toujours enjouée. Malheureusement la météo n’était pas d’humeur et nous a réservé des vents à décorner un viking, nous obligeant à abandonner pour avarie.

Ce sont mes mains qui racontent le mieux ces navigations outre manche… Elles sont sèches, calleuses, presque tannées.

Elles ont tiré sec sur un paquet de cordages ! Entre autres on peut citer : les bouts du palan de quille et ceux qui retiennent les voiles de portant !

En effet, arrivé à 50 miles du phare de Coningbeg et à environ 1/3 du parcours, une des poulies du palan de quille a cassé. Je réussis à fixer la quille dans l’axe (pour éviter d’avoir 400 kg de plomb se baladant au bout d’une quille de 2m sous l’eau), et nous repartons. Le bateau est handicapé d’avoir une quille dans l’axe, en effet il est léger et avec de grandes surfaces de voiles, nous sommes donc obligées de réduire la voilure pour compenser la perte de puissance due à la quille dans l’axe. 2h plus tard le vent monte et mon système de fixation casse. Au même moment la météo nous annonce du vent de force 8 possiblement 9  (presque 90km/h!!) à venir… Beaucoup trop pour n’importe quel bateau… Nous prenons donc à contre-cœur la décision de rentrer à Plymouth.

ukfasnetLe mini ça mouille!

Cette course était difficile mais instructive, en effet j’ai pu voir comment réagissait le bateau dans une mer formée et dans du vent soutenu, c’était très intéressant d’affronter ça avec Phillippa. Le jour où j’y serai confrontée toute seule, je serai mieux préparée.

Revenue à Plymouth j’attends une fenêtre météo favorable et convoie seule le bateau jusqu’à Douarnenez. La météo bien capricieuse ne me laisse qu’une fenêtre acceptable avec des vents relativement forts. Le retour se déroule bien à part la casse du bout-dehors du bateau… Il s’agit d’un grand espar permettant de porter les voiles de portant…

Bien fatiguée par toutes ces émotions, je me suis accordé quelques jours de repos et aujourd’hui je suis prête à repartir pour la qualification hors course ! 1 000 miles depuis Douarnenez jusqu’en Irlande, retour par l’Ile de Ré jusqu’à Douarnenez ! Sacré programme, qui compte entre 7 et 10 jours de navigation.

qualifPetite balade Irlando-britanico-française

Publicités


5 Commentaires >

Un composite est un matériau qui implique deux composants: un matériau de renfort qui reprend les efforts, et un liant qui peut faire travailler les éléments de renforts ensemble. Grâce à ces deux composants on arrive à un complexe avec de très bonne performance mécanique.

Dans le cas des composites qui nous intéresse, le matériau solide ce sont les fibres (verre, carbone ou végétale) et le liant une résine.

Le composite devient bio ou agro lorsqu’un de ces composants est issu des végétaux (en opposition aux produits pétrochimiques.)

A l’heure actuelle des connaissances, les résines et les fibres peuvent être « bio », voir ci-dessous:

2013-02-10_22h01_11

Quelques exemples concrets d’agro-composites:

plasmor

Le canoé plasmor est l’exemple le plus poussé à ce jour, il est réalisé à partir d’une résine bio sourcé et chargé en fibre végétal. Il est de plus compostable en fin de vie. Il a été réalisé par l’ifremer et la société plasmor.

Il n’est toutefois pas  industrialisé.

Dans les produits aujourd’hui ou bientôt commercialisés, on trouve l’attaché case de Delsey:

delsey attache caseDes coques pour smartphone :

eco fiber shell

Ou encore des planches de surf :

surf

Et encore d’autres à venir que je présenterai ici le plus régulièrement possible.

Voilà pour une petite introduction sur les bio-composites et leurs applications!

Bientôt je vous parlerai d’un superbe projet au Bangladesh: Gold of bengal!